Le Vignoble du Pays Nantais, ses Cépages

Le Melon de Bourgogne

Vieux cépage bourguignon, il a pris différents noms au fil des siècles, selon les régions où il était implanté. S’il est couramment appelé Muscadet en Loire Atlantique, il s’appelait Gamay Blanc dans le Cher, Bourgogne Verte en Anjou, Pétoin dans le Loiret, Petite Biaune à La Châtre (Indre) ou encore, du nom de son importateur, Latran dans le Beaujois (XVIè siècle) Il s’est étendu en superficie après le terrible hiver de 1709 où la vigne gela jusqu’aux racines, il couvre aujourd’hui 12 072 ha en Pays Nantais (chiffre déclaration de récolte 2006 – source INAO Nantes).

Le Melon de Bourgogne débourre, c’est-à-dire qu’il sort de la laine dans laquelle il est protégé contre le froid de l’hiver, tôt en saison, ce qui le rend sensible aux gelées de printemps. Tous les viticulteurs ont en mémoire la date du 21 avril 1991 avec la forte gelée, suivie d’un beau soleil, qui a enlevé toute la récolte de cette année-là. La production est néanmoins assez régulière. Les rendements moyens sont de l’ordre de 55 hl/ha en appellation avec des pointes jusqu’à 65 hl/ha. Les vins sont élaborés sur lie, c’est-à-dire qu’ils restent sur leurs lies jusqu’à la mise en bouteilles qui se pratique le plus souvent au printemps qui suit la récolte. Consommés jeunes, ils expriment des arômes de fruits frais, avec légèreté et délicatesse. De plus en plus consommés après plusieurs années, ce cépage donne des vins qui ont une bonne aptitude au vieillissement rappelant alors les origines bourguignonnes.

La Folle Blanche

Originaire des Charentes, ce cépage a été implanté en Pays Nantais au Moyen Age. C’est le seul cépage autorisé pour produire le Gros Plant du Pays Nantais. Comme le Melon de Bourgogne, il s’est développé en Loire-Atlantique après le gel de l’hiver 1709. Il couvre aujourd’hui 1.414 ha (source Union des Producteurs de Gros-Plant – 2006). De débourrement plus tardif que le Melon de Bourgogne d’environ une semaine, il ressort mieux après une gelée de printemps. La production moyenne est de 75 hl/ha. Les vins issus de ce cépage sont légers avec une petite vivacité qui les fait idéalement accompagner les huîtres. Pour un volume limité, la Folle Blanche est associée soit au Chenin, soit au Chardonnay, soit encore au Melon de Bourgogne pour être élaboré en effervescent méthode traditionnelle.

Les commentaires sont fermés