Geoffroy de GOULAINE, 2ème Grand-Maître de l’Ordre des chevaliers bretvins…

 En cette année 2018, qui marque les 70 ans de l’Ordre des chevaliers bretvins, c’est l’occasion de faire mémoire de ceux qui ont œuvré pour faire vivre cette grande famille qui a vu les intronisations de 3300 chevaliers et dames de la duchesse Anne. 

Jean-Marie LORE nous présente dans cet article, le comte Geoffroy de GOULAINE qui fut Grand Maitre pendant 17 ans. Celui-ci a accueilli au sein de l’Ordre 480 impétrants qui ont fait le serment d’être pour toujours de vivre en bon bretvins…

Mais découvrez la vie de ce personnage qui beaucoup œuvré pour le rayonnement de l’Ordre des chevaliers bretvins…

Deuxième Grand Maître

Deuxième Grand Maître

Geoffroy Marie Henri Jean, comte de GOULAINE, Grand-Maître de l’Ordre des chevaliers bretvins du 13 juin 1952 au 17 janvier 1969, est né le 1er juillet 1907, à Alençon (Orne), fils de Marie Georges Alain de GOULAINE et de Caroline Isabelle Henriette de CARAYON-LATOUR, mariés en 1904 à Paris, et petit-fils coté paternel de Marie Donatien Geoffroy de GOULAINE époux en secondes noces de Jeanne Marie Anne de PERRIEN, mariés en 1876 à Paris.

Il épouse, le 8 juin 1932 à Paris, sous conventions matrimoniales du 6 juin, Guillemette Eugénie Marie Jacqueline de VAUFLEURIE de MALTERRE.

Il acquiert le château de Goulaine, aux termes d’un acte passé à Paris, le 3 mars 1947, acte contenant – la liquidation de la communauté de biens réduite aux acquêts de ses parents – la succession de Alain de GOULAINE, décédé à Saint-Gravé (56) en 1941 – et de la donation partage entre la veuve et ses trois enfants.

Cette vente est consentie moyennant le prix principal de 11.000.000frs dont 1.000.000frs pour les meubles. Somme que l’acquéreur a payé au vendeur à la vue des notaires.

Le château sera revendu à Robert de GOULAINE, aux termes d’un acte passé à Nantes le 2 mai 1958.

Geoffroy de GOULAINE résida, dans les années 1960-1970, à l’Orangerie, demeure qui jouxte le château, puis il partit s’installer à Saint-Félix-de-Lauragais (31), au lieu-dit « Juges Las Brugos », avec un pied-à-terre à Toulouse.

Durant sa Grande-Maîtrise, il présida toutes les Saint-Vincent, les Bouteilles d’Or et de nombreuses manifestations. Il excellait, avec son ami Bernard HASTINGS, à tourner des discours, quelques fois longs, jamais lassants, toujours dits avec humour, en particulier ; – son discours d’intronisation le 3 avril 1952 d’André MORICE, ministre des Travaux Publics et du Tourisme (il était Grand Echanson) – des notes d’août 1952 sur les confréries bacchiques – son homélie pour la Saint-Vincent, à Liré le 23 janvier 1960 – son discours pour le chapitre des Gens du Papier le 15 mai 1953 et celui des Floralies le 5 mai 1963 – deux présentations de l’Ordre dans des revues, la revue « le Muscadet » du C.I.V.O.P.N.» de 1954 et la Revue Vinicole de décembre 1956, texte en français, en anglais et en espagnol.Geoffroy de Goulaine zn 1959

Le samedi 9 mai 1964, les Bretvins ont reçu le Glaive de la Défense du Vin, en hommage aux efforts qu’ils ont déployés, lors d’un chapitre au château des Ducs, où furent intronisés six chevaliers dont Monsieur MAUJOUAN du GASSET.

Pour des raisons de distance et de santé surtout, qui l’avaient empêché d’être présent aux dernières manifestations, il avait envoyé une lettre aux membres de la Chancellerie, par laquelle il demandait à être relevé de sa fonction. Dans sa séance du 17 janvier 1969, le Conseil de l’Ordre procéda donc à l’élection du nouveau Grand-Maître. Au premier tour, aucun des Conseillers n’ayant atteint la majorité relative, on procéda à un second tour. MM. RIVET, de DAMPIERRE et de MALESTROIT ont fait savoir qu’ils ne sont pas candidats au poste. Au second tour, le marquis Robert de GOULAINE est élu avec 15 voix sur 22. Le Conseil nomme Geoffroy de GOULAINE Grand-Maître d’honneur.

Geoffroy de GOULAINE est décédé à Doué-la-Fontaine (49) le 4 octobre 1995 et a été inhumé, je pense, dans le cimetière de Haute-Goulaine.

Jean Marie LORE, 28 août 2018.

Les commentaires sont fermés